DéFI Liège favorable à une “zone 30km/h” aménagée au Longdoz

   Intervention lors du conseil communal du 02 septembre 2019 – Points 31 à 82 du Bourgmestre (Zone 30 dans le quartier du Longdoz)



Je souhaitais intervenir sur la mise en place de la zone 30 km/h, dans le quartier du Longdoz. Deuxième du genre, après Bressoux.

SUR LE PRINCIPE

DéFI est FAVORABLE au principe de zone 30km/h pour apaiser les quartiers de Liège. De nombreux arguments plaident en faveur des zone 30, notamment :

  • Un meilleur partage de l’espace public entre piétons, voitures et cyclistes : la zone 30 permet de rendre l’espace public plus sûr, plus lisible et plus accessible, notamment pour les usagers les plus fragiles (piétons et cyclistes) ;

  • Une réduction des nuisances sonores : La mise en zone 30 des quartiers urbains a des effets positifs sur les nuisances sonores. En diminuant la vitesse de 50 km/h à 30 km/h, on arrive à réduire le bruit du trafic de 3 à 4 décibels, ce qui correspond à une diminution de moitié du volume de trafic sur une voirie d’importance moyenne.

  • L’amélioration de la sécurité routière :  l’Institut belge pour la sécurité routière affirme que la réduction de vitesse des véhicules motorisés est l’un des principaux leviers pour l’amélioration de la sécurité routière, plusieurs études ayant montré une relation entre augmentation de la vitesse et augmentation du nombre et de la gravité des accidents. On estime qu’un piéton heurté par un véhicule roulant à 30 km/h a grosso modo trois fois plus de chance de survie que si le véhicule roule à 50″.

Bref, une zone 30 km/h, c’est une amélioration de la qualité de l’environnement urbain et une sécurité renforcée dans nos quartiers.

Selon une autre enquête d’Institut belge pour la sécurité routière de 2018, à l’occasion des 30 ans de la zone 30 dans le code de la route en Belgique, plus d’1 Belge sur 4 habite aujourd’hui dans une zone 30 et 85% d’entre eux en sont satisfaits, surtout pour des raisons liées à la sécurité routière et à la limitation des nuisances sonores. Cependant, près de 6 Belges sur 10 estiment que les zones 30 sont généralement mal signalées…

SUR LA MISE EN OEUVRE

La recette d’une zone 30km/heure réussie nécessite plusieurs ingrédients :

  • Un débat large précédent le passage en zone 30 : et ce afin de récolter une large adhésion de la population. L’objectif est de faire comprendre aux administrés les avantages de cette « nouvelle ville » est primordial. Sur ce point, on ne peut pas dire qu’on aura beaucoup débattu de la zone 30km/h à Liège… Si le sujet a été un peu évoqué pendant les communales, sous l’impulsion notamment du GRACQ, on ne peut pas parler d’un débat large. La semaine dernière, j’ai sondé les Liégeois, sur facebook et dans le quartier du Longdoz. Le constat est sans appel : de nombreux Liégeois ne sont pas au courant de la volonté de la ville de créer des zone 30 dans les quartiers. Une large part ne connaissent pas encore bien les avantages de la zone 30 ou ont une opinion négative sur le sujet. Bref, sur ce point, la marge de progression est grande.
  • Une communication à destination des habitants : les campagnes de communication sont indispensables pour accompagner ce changement « culturel ». Commissariats de quartier, comités de quartier, écoles, … La communication doit être large afin d’informer les habitants des nouvelles règles.  Les prochaines semaines mettront en lumière les initiatives de la Ville en matière de communication.
  • La prévention : une phase de sensibilisation, d’incitation à lever le pied est indispensable. Sur ce point, M. le Chef de corps a été rassurant en Commission, nous signalant la mise en place de radars préventifs dans le quartier du Longdoz.
  • Les aménagements :  Indispensable à la réussite d’une zone 30. L’enquête dont je parlais tout à l’heure est claire : « 6 Belges sur 10 sont par ailleurs favorables à la mise en zone 30 en Ville, à condition de laisser les grands axes à 50 ou 70 km/h et de prévoir des aménagements favorisant le respect de la limitation de vitesse ».

Ces aménagements peuvent consister notamment : à la priorité de droite généralisée,  aux trottoirs traversants, la modification de la géométrie de la route (chicanes), l’installation de brise-vitesse, une signalisation visuelle incitative, etc.

Dans le quartier du Longdoz, si les aménagements ici et là sont réels, on peut s’interroger sur le caractère limité de ceux-ci et donc sur l’efficacité. En effet, ces aménagements ont déjà été réalisés (l’année dernière je pense) et la vitesse ne semble pas avoir beaucoup diminué pendant la phase de pré-test. Il semble déjà que les panneaux qui s’ajouteront aux dispositions déjà en vigueur seront insuffisants.

QUELQUES QUESTIONS

  • Sur le bilan de la zone 30 de Bressoux, mise en place en aout 2018 : y a-t-il eu un premier bilan après un an de zone 30 à Bressoux ? Si oui, qu’en ressort-il ? Des pistes d’amélioration ont-elles déjà été envisagées le cas échéant ?
  • Concernant le quartier du Longdoz, Quelles sont les mesures prises pour informer les habitants ? Des aménagements complémentaires sont-ils prévus ?
  • Tout à l’heure, j’ai parlé de radars préventifs, combien de radars préventifs seront installés dans le quartier du Longdoz ?
  • A terme, la Ville de Liège envisage de faire des zones 30 km/h dans tous les quartiers de la Ville. Quelles sont les prochains quartiers envisagés ? M. Léonard parlait de Saint Gilles/Jonfosse comme prochain quartier dans La Meuse. Et surtout, quel est le calendrier ? Dans la Meuse toujours, M. Léonard dit qu’il ne s’agit pas d’un projet à court terme. Pourquoi cet attentisme ? Pas très loin de la frontière belge, la Ville de Lille met en place très large zone 30 en un temps record. La décision, prise l’année passée, concerne déjà 44% des rues depuis aout 2019. Et d’ici le mois prochain, 88% des rues lilloises seront concernées par la mesure. Seuls les grands axes ne sont pas concernés. Les municipales prévues en France l’année prochaine explique sans doute cette accélération. Mais si Martine Aubry y arrive à Lille, il n’y a évidemment aucune raison que ce collège ne puisse y arriver avec un calendrier serré

François Pottié

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code