Le manque d’effectifs policiers est le point faible du Budget 2021 de la Police de Liège

Intervention lors des débats budgétaires du 21 & 22 décembre 2020 – Débat sur le Budget 2021 de la Zone de Police de Liège

Contexte dans lequel s’inscrit le Budget 2021

L’année 2018 avait été marqué par l’attentat du boulevard d’Avroy et la disparition de deux policières liégeoises ; l’année 2019 avait connu l’agression de Maxime Pans, policier blessé lors d’une intervention de contrôle d’identité, illustrant la montée de la violence dans la société en général et à l’encontre des policiers en particulier. Le budget 2021 s’inscrit dans une année 2020 marquée par les amalgames contre la police et la crise sanitaire liée au COVID 19.

L’affaire de George Floyd aux Etats-Unis a choqué et suscité des manifestations partout en Europe. Les violences de policiers sont inexcusables. Hélas, certains ont amalgamés ces faits inacceptables avec la Police liégeoise. Pourtant le contexte historique et le cadre législatif belge est bien différent. Partout, il peut avoir des brebis galeuses. Mais dans notre pays, les garanties démocratiques (contrôle interne, Inspection générale, Comité P, Parquet) sont nombreuses. De tous les corps de fonctionnaires, c’est le policier qui est le plus sanctionné.

Dans ce contexte, je salue la volonté de M. le chef de corps de vouloir redorer le blason de la police, en invitant la presse à davantage accompagner les policiers sur le terrain, d’aller davantage vers les jeunes dans nos quartiers. La population doit avoir confiance en sa police.

Le budget ordinaire

Lorsque l’on examine l’ordinaire, on remarque que cette prévision est avant tout un copier-coller des exercices précédents, avec quelques adaptations à la marge (comme l’augmentation des prestations de nettoyage, COVID oblige ou les prévisions à la baisse des dotations fédérales). Le cadre de la police de Liège, c’est le point faible de ce budget. Les mesures pour le personnel sont insuffisantes.

On voit aussi que, si le Budget de la police est en équilibre, c’est avant tout du aux 5, 6 millions d’euros des exercices antérieurs, qui sont la conséquence du manque d’effectifs au sein de la Zone de Police de Liège. C’est évidemment problématique, cela illustre la fragilité financière de notre zone de Police.

Effectif de la police de Liège

Les chiffres concernant l’effectif policier (opérationnel) de la zone de Liège 

:Norme KUL fixée par l’AR :  1113 policiers ;

Cadre fixé par le Conseil communal :  1113 policiers ;

Budgétisé en 2019 : 1065 ETP

Budgétisé en 2020 :  1045 ETP

Budgétisé en 2021 : 1045 ETP

989, c’est effectif au moment de la confection de ce Budget 2021.

A chaque présentation d’un budget ou d’un CMB police, je suis l’un de ceux qui réclament le respect de la norme fixée par la KUL, c’est-à-dire 1113 policiers opérationnels, c’est aussi le cadre voté en son temps par le conseil communal. Pour assurer ses missions dans de bonnes conditions, la Police de Liège doit avoir un effectif opérationnel suffisant.

Je suis donc assez inquiet de constater qu’il manquera à notre police pour être pleinement opérationnelle :

-Suivant la page 1 du budget 2021 : 124 équivalents temps plein.

-Suivant les commentaires de l’annexe 1 au budget : 56 ETP.

Il faut encore tenir compte des mises à la pension, des absences liées à un accident de travail ou les congés maladie. On peut ajouter aussi les quarantaines liées au COVID… Concrètement, cela signifie que l’effectif policier restant devra, pour assurer les missions de notre police locale, réaliser des prestations plus longues. Or, justement, le budget des heures supplémentaires n’augmente pas, il diminue même de 10 % !!! (- 274.570 EUR)

Pourtant, la présence sur le terrain des policiers est indispensable si on veut maintenir une police de proximité et une présence de terrain nécessaires pour assurer la sécurité et le vivre-ensemble.

Il y a évidemment un phénomène qui dépasse la seule zone de police de Liège : la crise de vocations. Monsieur le chef de corps parlait d’une diminution de 30 % des candidats. Cela s’explique notamment par les salaires insuffisamment attractifs, Une revalorisation plus large des salaires des policiers est nécessaire pour maintenir les effectifs policiers et attirer de nouveaux talents. Cela passe avant tout par le fédéral… Appel aux partis composant de la VIVALDI

Quelles autres pistes pour améliorer les effectifs opérationnels ?

-Pour le recrutement, comment rendre la zone de police de Liège plus attractive. Je me rappelle qu’au dernier exercice budgétaire, on avait parlé d’un clip vidéo présentant notre zone. Cela-a-t-il été mis en œuvre ? A-t-il obtenu de bons résultats ?

-Quelles autres mesures pour recruter davantage ? Quelle stratégie pour attirer les nouveaux talents ?

-Permettre aux Policiers de bénéficier d’avantages en nature (gratuité/fortes réductions) pour les domaines communaux et provinciaux (tourisme et autres). Cela pourrait inciter, à la marge, certaines candidatures pour la profession en la rendant un peu plus attractive.

Il y a également un autre élément qui dissuade d’entrer à la police : les conditions de travail difficile (saluons au passage l’acquisition de nouvelles solutions technologiques pour faciliter le travail policier) et les violences à l’encore des policiers. On se rappelle tous de l’agression armée de Maxime Pans, grièvement blessé par balle à la tête alors qu’il opérait un contrôle d’identité. Face à ce phénomène, il faut une tolérance zéro pour les violences à l’encontre des policiers.

Dotations du fédéral 

La Police a été malmenée pendant 4 ans par des coupes budgétaires de la NVA ou encore les nouvelles missions confiées aux zones de police sans les moyens correspondants. Cette politique de désinvestissement a évidemment eu des conséquences sur notre Zone de police. Avec le gouvernement Vivaldi et les déclarations de la nouvelle Ministre de l’Intérieur déclarant vouloir plus de « bleus » dans les rues, les espoirs étaient permis. Pourtant, les nouvelles de cette année ne sont pas bonnes : les montants des dotations fédérales vers notre zone de police sont en diminution. Le fond de Sécurité routières qui a vu ses recettes baisser de 40 % avec le confinement. Les amendes routières n’est pas le seul poste amputé : le NAPAP (plus d’un million d’euros), la dotation SALDUZ ou la prime d’incitation au recrutement sont également annoncées en baisse (pas encore d’inscription au Budget 2021).

Les dossiers mendicité et prostitution sont deux autres sujets importants

J’espère que 2021 permettra de voir des avancées. La poursuite de la réflexion sur le règlement mendicité pour le premier (la progression du nombre de SDF dans notre ville est importante 152 cas recensés en 2010 et + de 500 cas en 2019, soit cinq fois +; la mise en place d’un espace P pour le second.

Le budget extraordinaire

La Police a, une nouvelle fois, recours à l’emprunt pour financer ses investissements. En 2021, c’est une dette qui s’ajoute à celles déjà contractées l’année passée. Evidemment aujourd’hui, les intérêts sont très bas et c’est une chance.

Il y a des investissements (6 millions EUR) et des choix stratégiques intéressants quoique modestes:Investissements dans des « bodycams » : J’avais déjà eu l’occasion de saluer cette décision de doter les policiers de caméras corporelles, comme la Zone de Police en avait fait la demande. Il est important d’avoir une Ville attentive aux demandes de sa zone de police, de ses policiers. D’autant + dans un contexte de sous-effectif policier. Je remarque d’ailleurs que ce dispositif semble faire l’unanimité au Conseil.

L’achat de caméras de surveillance mobiles : : je me réjouis également de l’achat de trois nouvelles caméras mobiles, qui viendront renforcer le réseau de caméras de la police. Ces caméras pourront contribuer à la traque des dépôts clandestins mais pas que (en complément du budget « propreté » de 100.000 EUR pour l’achat de caméras de surveillance pour traquer les incivilités et les dépôts sauvages). Une plus grande répression de ces comportements est attendu par la population.

L’ajout de 9 nouvelles caméras pour renforcer le réseau de caméras de la ville de Liège qui a montré toute son utilité.

La sécurisation des commissariats : judicieux car la menace terroriste est toujours bien là et les policiers & commissariats sont une cible. Les évènements en France ont montré que cette menace était encore belle et bien présente. Comme le disait l’ancien Premier Ministre français Manuel Valls, le terrorisme est l’affaire d’une génération.

Achat de trois VTT pour les policiers chargés de la sécurisation de l’espace public : positif que les policiers se mettent aux modes doux mais l’investissement est quand même fort modeste : on parle de 10 vélos seulement.

Avant de conclure, il me semble important que la police améliore son image auprès de la population et particulièrement auprès des jeunes. Un récent sondage indiquait qu’un jeune français sur deux avait une mauvaise image de la police. Et une façon d’améliorer l’image de la police liégeoise pourrait être aussi de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. Cette dernière est une priorité pour beaucoup de jeunes, les marches climatiques d’il y a deux ans l’ont montré. Pourquoi ne pas réfléchir à la faisabilité d’un Hôtel de Police « Zéro carbone », sur le modèle de la Cité administrative ? Cela pourrait contribuer à améliorer l’image de la Police de Liège, en démontrant qu’elles partagent des préoccupations communes.

CONCLUSION

Le Budget 2020 de la police de Liège est un budget contrasté : le point faible, c’est le nombre d’effectifs opérationnels. Il y a cependant des investissements intéressants (les bodycams, les caméras mobiles, la sécurisation des commissariats, etc.).

Je soutiendrai le budget 2021 de la Zone de Police de Liège, comme j’avais déjà soutenu le CMB de 2019 et le budget 2020. Parce que soutenir le budget police, c’est aussi soutenir nos policiers liégeois qui, on l’a vu, risquent chaque jour leur vie afin d’assurer notre sécurité. J’espère que l’année prochaine, lors de la préparation du Budget 2022, je pourrais saluer une augmentation des effectifs policiers. Je compte sur vous M. Le Bourgmestre, M. Le chef de corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code