Mesures de prévention face à la question du suicide au sein du personnel policier

Question écrite au Collège – 15.09.2019

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal,

Un certain nombre d’études internationales montrent que le nombre de suicides au sein de la police dépasse celui de la population moyenne.

Si la situation belge n’est pas aussi catastrophique dans les chiffres qu’en France, on recense néanmoins 10 suicides parmi les policiers en 2018 et 8 en 2017. Début août, un policier de 44 ans s’est suicidé au commissariat d’Awans devant deux de ses collègues. « Un suicide d’un policier est toujours un suicide de trop » disent les syndicats policiers. Ils ont raison.

Une étude menée par le service de psychopathologie légale de l’UMons, sur le vécu émotionnel des policiers face aux évènements traumatisants, indique que près de 40 % des effectifs de police présentent des signes d’un stress post-traumatique et 13% d’un état de stress aigu. La violence croissante à laquelle doivent faire face les policiers n’est sans doute pas étrangère à ces constats.  Ces éléments favorisent le risque de suicide.

Voici mes questions :

  • Face à ces constats, quelles sont les mesures prises par la police locale de Liège pour prévenir les suicides du personnel de la zone ?
  • Quelle est la politique en matière de détection du stress et de l’épuisement professionnel des policiers ?
  • Qu’en est-il de la politique de possession et de disponibilité de l’arme au sein de la zone de police de Liège ?

Je vous remercie pour l’attention que vous consacrerez à cette question.

Veuillez recevoir, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal, l’assurance de ma considération distinguée

François Pottié, conseiller communal de la Ville de Liège

Photo : FPOTTIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code